Suivez-nous
Sélectionner une page

Etape 39 : Leugnies – Grand-Reng du woensdag 30/09/2020.

Le jour 39 sera un jour sec. Le paysage reste magnifique. Et parmi l’austérité de la plupart des maisons de ce quartier, une perle de château émerge soudainement. Peint en jaune vif pour que personne ne le passe.

Nous remarquons également d’autres maisons aujourd’hui. Comme cette belle maison appartenant à la famille Van Eylen. Hier, nous avons pu rencontrer le papa de ce physiothérapeute. Il y a quatre générations, la famille malinoise a émigré dans cette région du Hainaut. “Je suis vraiment Wallon, mais je travaille encore comme un Flamand” a-t-il exprimé.

Ce sera également une journée très calme. Nous voyons plus d’arbres que de gens. Pourtant, une rencontre se démarque lorsque soudain, une voiture s’arrête brusquement au milieu des champs. Le chauffeur nous a vu à la télé avant-hier. Il est heureux d’acheter une carte de pas.

Nous passons le petit village de Thirimont. Il a un lien avec Dilbeek. Il y a plus de 300 ans, le seigneur de Dilbeek s’appelait le comte Schockaert de Thirimont. A Dilbeek, vous trouverez également “de Thirimontlaan”.

Au cours de notre promenade, nous nous familiarisons également avec les soi-disant servitudes. Le terrain est une propriété privée, mais le passage doit être autorisé. Evidemment, si ce passage n’est jamais emprunté, la route reste bien sûr invisible. Reste donc à marcher dans les champs. Avec la pluie des derniers jours, ce sera toute une épreuve.

Si vous suivez les frontières du pays, vous en verrez les conséquences parfois inattendues. Il est indiqué sur cette ligne ferroviaire que la gestion de la SNCF sera transférée aux Chemins de fer belges. Il y a de nombreuses années, même la largeur de la voie a changé. Les wagons devaient être soulevés et placés sur d’autres positions.

Après les 30 km de marche, nous roulons avec le camping-car jusqu’à Mons. Nous sommes attendus à la maison communale. Des dizaines de personnes de la ville, divers Rotary clubs montois, une télévision régionale et la presse locale nous attendent. L’hôtel de ville de Mons est impressionnant. C’est également le cas de cette tapisserie qui, avec une certaine imagination et un peu de bonne volonté, dépeint également la lutte contre une maladie.

Jan Erkelbout