Suivez-nous
Sélectionner une page

La maladie de Parkinson, un mot d’explication

La maladie de Parkinson est une affection neurologique par laquelle les cellules nerveuses du cerveau qui produisent de la dopamine meurent un peu à la fois. Le manque de dopamine entraîne des troubles moteurs (entre autres tremblements, difficultés à marcher, chutes), des troubles comportementaux (entre autres problèmes pour parler et écrire) et encore d’autres symptômes (entre autres troubles de l’humeur et perte de mémoire).

L’objectif de Stop Parkinson est de récolter des fonds pour stopper, ralentir ou prévenir la maladie dans un délai de 10 ans en soutenant une recherche innovatrice.

35.000 patients en Belgique

On estime le nombre de personnes souffrant du Parkinson à 35.000 en Belgique. Ce nombre devrait tripler d’ici 2040.

La plupart des patients présentent les premiers symptômes entre 55 et 70 ans mais 15% des patients sont âgés de moins de 45 ans. Les symptômes sont dus à un manque de dopamine dans le cerveau, pour des raisons encore en grande partie inconnues. Les éléments qui peuvent jouer un rôle sont entre autres une dégénérescence du cerveau en raison de l’âge, des anomalies génétiques (chez 5 à 10% des patients) et des facteurs environnementaux (comme l’utilisation de pesticides). 

Traiter la maladie de Parkinson

Il n’existe actuellement encore aucun traitement permettant de stopper, ralentir ou prévenir la maladie.

Depuis plus de 50 ans, le traitement se limite à la réduction des symptômes et à l’amélioration de la qualité de vie, au moyen de médicaments (comme la Lévodopa et les agonistes de la dopamine), de soins paramédicaux (entre autres kinésithérapeutes et logopèdes) et certaines interventions chirurgicales (comme la stimulation cérébrale profonde).

Un traitement qui pourrait stopper la maladie est donc une nécessité. 

Recherche innovatrice

Actuellement, la recherche scientifique visant à trouver un traitement pouvant modifier la maladie s’articule autour de 3 grands thèmes:

Tester les médicaments existants également pour la maladie de Parkinson

Certains médicaments destinés à d’autres maladies semblent également avoir un effet positif sur la maladie de Parkinson. Cela doit être plus amplement étudié et prouvé à l’aide d’études cliniques approfondies auprès des patients. Ce sont des ‘quick wins’ potentiels.

Intervenir sur de nouvelles cibles

De nouvelles cibles sont sans cesse identifiées, qui jouent probablement un rôle central dans l’apparition et l’évolution de la maladie de Parkinson, comme:

  • l’α-synucléine (A-Syn, une protéine qui s’accumule et est toxique pour les cellules nerveuses).
  • Les mitochondries (qui, lorsqu’elles fonctionnent mal, provoquent un stress oxydatif qui entraîne la mort des cellules nerveuses).

  • Les lysosomes (qui peuvent évacuer des éléments cellulaires endommagés ou excédentaires et des déchets qui peuvent devenir toxiques pour les cellules nerveuses).

Intervenir sur ces cibles pourrait avoir pour résultat un traitement novateur mais cela demande plus de temps.

Miser sur un diagnostic précoce

On cherche également intensivement de nouveaux biomarqueurs et traceurs pour l’imagerie médicale, permettant de détecter précocement la maladie. Plus tôt un traitement peut commencer, plus grandes sont les chances de réussite

Forts ensemble

Les dons faits à Stop Parkinson vont vers des projets de recherche soigneusement sélectionnés en collaboration avec Demoucelle Parkinson Charity en Belgique et la Michael J. Fox Foundation, le fonds à but non lucratif le plus grand au monde pour la recherche contre la maladie de Parkinson..

Pour être sélectionné, le projet de recherche doit:

  • être potentiellement innovateur (avec pour but ultime d’arrêter la maladie),
  • être prometteur (avoir été de préférence testé sur des personnes ou être prêt à l’être),
  • et être réalisé en Europe (y compris en Belgique).

Nanocorps pour stabiliser GBA1

Nanocorps pour stabiliser GBA1

La GBA1 (glucosylcéramidase ou GCase) est une enzyme qui dégrade le lipide glucosylcéramide stocké dans les lysosomes de nos cellules, qui peut sinon s’accumuler et interférer avec le bon fonctionnement des cellules.

lire plus
Rôle de Parkin dans l’immunité innée

Rôle de Parkin dans l’immunité innée

La protéine parkine assure l’élimination des mitochondries endommagées (les centrales énergétiques) dans les cellules. Elle joue également un rôle important dans l’immunité innée, notre défense de première ligne contre les pathogènes externes.

lire plus
Recherche d’un traceur TEP de l’alpha-syn

Recherche d’un traceur TEP de l’alpha-syn

L’α-synucléine (alpha-syn) est une protéine qui peut s’accumuler dans les cellules nerveuses de patients parkinsoniens, pouvant entraîner la mort des cellules. C’est une des cibles les plus étudiées pour une amélioration du diagnostic et pour le traitement de la maladie.

lire plus

La maladie de Parkinson appelle de nombreuses questions. Nos experts médicaux
ont rassemblé les questions les plus fréquentes sur cette maladie.

Questions fréquemment posées

 

Merci à nos sponsors

POWERED BY
Ageas
Degroof Petercam
VPL Vlaamse Parkinson Liga VZW
Ageas
Ageas
Rotary Brussel Coudenberg
SERIS_security_bw
sponsors-golfing-bw
Degroof Petercam
Jan De Nul
de loopcoach
VPL Vlaamse Parkinson Liga VZW
Jan De Nul
Demoucelle Parkinson Charity
logoParkinson
parkili
sponsors-vpl-bw
valdelour negative
Demoucelle Parkinson Charity
valdelour negative
valdelour negative
valdelour negative

Inscrivez-vous à notre Bulletin d’information
et restez informés sur nous et sur nos actions.


 

Merci à nos sponsors

POWERED BY
Ageas
Degroof Petercam
VPL Vlaamse Parkinson Liga VZW
Ageas
Ageas
Rotary Brussel Coudenberg
SERIS_security_bw
sponsors-golfing-bw
Degroof Petercam
Jan De Nul
de loopcoach
VPL Vlaamse Parkinson Liga VZW
Jan De Nul
Demoucelle Parkinson Charity
logoParkinson
parkili
sponsors-vpl-bw
VPL Vlaamse Parkinson Liga VZW
Demoucelle Parkinson Charity
valdelour negative
valdelour negative