Suivez-nous
Sélectionner une page

Etape 47 : Dranouter – Haringe du jeudi 08/10/2020.

En tant que marcheur d’une journée, c’est un grand honneur pour moi d’écrire un rapport du jour 47. En fait, principalement un rapport d’une demi-journée, car mes genoux ne seraient plus capables de gérer les 30 km complets. Vous savez, je faisais trop de sport et trop intensément. Mais je suis ravi de pouvoir goûter l’expérience de cette entreprise phénoménale pendant au moins 15 km aux côtés d’Ivo et de Wouter. 15 km, c’est à peine le centième de ce que les acteurs de cette Marche Stop Parkinson se sont imposés.

Pas de foule au départ de l’église de Dranouter. Avec quatre membres enthousiastes du Rotary Club de Poperinge, dont l’ancien président et l’actuel président et deux amis d’Ivo du golf de Brabantse, nous avons formé un groupe agréable et bien organisé qui a commencé le nouveau lien dans le parcours à 9 heures du matin. La température de 17 degrés était très favorable à la marche. Un ciel d’automne gris et un peu de vent, mais pas la pluie annoncée. Nous avons principalement des routes pavées sous nos chaussures de marche. Encore bon à concentrer, car certaines routes étaient recouvertes d’une couche collante de terres agricoles de la Flandre occidentale par des agriculteurs diligents. Nous avons traversé Heuvelland et surtout la première partie de la matinée offrait de belles vues.

Nous avons écouté une cassette audio et nous avons appris pourquoi les «montagnes» de la région étaient en fait des collines témoins. Au moment où nous passions à côté d’un vignoble entre la Montagne Rouge et le Vidaigneberg, l’audio nous apprit que le domaine viticole avait choisi le nom “entre deux monts”, avec un clin d’œil à la région viticole française “entre deux mers”. Assez haut dans les airs, en effet un télésiège, entre les deux “sommets”. Le seul en Flandre.

Sur les ruelles sinueuses – idéales pour la marche et le vélo, il faut absolument revenir ici – on remarque régulièrement des panneaux fluorescents, qui devraient garder les participants à Gand – Wevelgem sur la bonne voie dimanche prochain. Toujours curieux de voir dimanche combien de cyclistes se balanceront ici en toute sécurité et à grande vitesse.

Alors que Wouter flotte au-dessus des voies à l’avant presque comme un robot, Ivo parle des années de préparation, des rencontres obsédantes avec certains patients atteints de la maladie de Parkinson et des projets de collecter plus d’argent lorsque ce tour de force est terminé. Son enthousiasme montre que l’arrivée et l’apothéose samedi à Ostende sont en vue. Encore deux nuits et deux autres promenades de 30 km… cacahuètes sur un total de 1500 km.

Je termine par un appel: faites rapidement un autre dépôt pour la Marche Stop Parkinson afin qu’Ivo soit surpris dès son arrivée samedi par l’augmentation du nombre d ‘«argent» récolté.

Sjappoo, sjappoo … ça rime avec Ivo …

Valère Vanderheyden